Usin - Lyon Parilly - Usines connectéers pour industries inspirées

Lots 2 et 3
une nouvelle architecture industrielle

En tant qu’architecte en chef, David Grécourt de l’Atelier 4+, nous éclaire sur les qualités architecturales des bâtiments du site USIN où l’agencement global mêle esthétisme, modularité et cadre de vie. C’est le lieu d’une rencontre harmonieuse entre l’héritage de constructions industrielles et la volonté de s’engager dans une industrie résiliente, ancrée dans la société d’aujourd’hui.

En quoi consiste votre mission sur le site USIN ?

David Grécourt :

Notre rôle d’architecte en chef est de définir les directives d’ensemble de la totalité du site pour répondre à trois enjeux : plus d’esthétisme, plus d’harmonie, plus de qualité de vie au travail. Notre cahier des charges n’est pas d’imposer mais de suggérer les orientations en matière d’architecture, laissant une latitude aux entreprises intervenants sur chacun des lots.

Par chance, cet ancien site industriel disposait de bâtis de belle facture qui ont pu être conservés. La volonté d’homogénéité a conduit à retrouver la verticalité et le rythme des bâtiments historiques sur les nouveaux à construire, dont les lots 2 et 3 actuellement en cours de commercialisation.

Quelles sont les spécificités architecturales du site et notamment des lots 2 et 3 ?

D.G. : C’est sans aucun doute un site d’exception. Pour nous, l’enjeu est double : affirmer le caractère industriel du site et créer un lieu de vie au cœur de la ville. Plusieurs axes d’aménagement sont définis pour offrir un site apaisé en matière d’usage. L’ensemble des voies de distribution est repensé, car à l’exception des camions de livraison aucun véhicule ne peut circuler dans le site. En sortant les voitures, on pense le cheminement en mode piéton, un peu à l’image d’un campus mais dans sa version industrielle. Ainsi, une coulée verte irrigue le site du nord au sud avec des zones communes comme le futur restaurant. La principale innovation, c’est l’orientation des cours de distribution, toutes tournées vers l’intérieur pour préserver l’environnement citadin et ne pas nuire à l’habitat de proximité. Les nuisances visuelles et acoustiques sont ainsi limitées. Pour l’approche architecturale, l’idée est de retrouver les rythmiques verticales des façades maçonnées et les baies vitrées régulières. Les bâtiments ont été travaillés avec une approche tournée sur la qualité de l’enveloppe : l’isolation thermique est très bonne et toutes les toitures sont équipées de panneaux photovoltaïques. Cela contribue à donner au projet une qualité énergétique exceptionnelle. Les lots 2 et 3 seront constitués d’espaces disponibles de 1 000 m² de volume libre d’entrave, dans des bâtiments d’une colorimétrie claire (du blanc au gris). Ces espaces se veulent « liquides », c’est-à-dire évolutifs aux besoins de chaque entreprise. Les espaces de bureaux sont remontés en étage pour plus de flexibilité et de modularité, limitant ainsi l’emprise au sol.

Ce site marque-t-il une nouvelle ère de l’architecture industrielle ?

D.G. : USIN inaugure sans conteste une nouvelle dynamique en réaffectant, au cœur de la cité, des bâtiments industriels en… bâtiments industriels. Cette volonté nécessite une réflexion intelligente sur la distribution du site et son intégration dans un environnement citadin. Nous nous sommes appuyés sur ce qui marchait très bien à l’époque de l’ère industrielle en intégrant les standards de qualité et de consommation énergétique actuels, pour offrir un cadre de travail agréable à vivre. Du fait de sa situation géographique et son écosystème, ce projet est rare et marque un premier pas en direction de l’industrie du futur.

Nos dernières actualités